Rejoignez-nous sur :
Google+ d'Actual Immo . fr actualité immo Facebook d'Actual Immo . fr Blog Actual Immo Pinterest d'Actual Immo . fr

Le défi immobilier de Nantes

Avr 27 2015
cathédrale nantes

Nantes fait partie des villes les plus agréables à vivre d’Europe. Cependant, malgré ce statut, la grande métropole de l’ouest fait face à un véritable défi. En effet, la quantité de logements abordables disponibles pour les ménages à revenu moyen reste encore très faible.

Le point sur la situation immobilière à Nantes

Point positif, les conditions de financement sont très avantageuses dans la zone. On y estime à 2.30% le taux moyen de crédit, qui peut descendre jusqu’à 1,90%.

Les conditions sont donc réunies pour que les acheteurs passent à l’action. Pourtant, les nantais et futurs nantais n’en profitent pas au maximum, bien que ce soit un facteur décisif pour le maintien du marché dans son état actuel.

Les prix continuent à augmenter

Dans Nantes même, les appartements anciens ont augmenté de 0.5% sur 2014. Les maisons, elles, subissent une augmentation beaucoup plus fulgurante, de 7,5%. En première couronne, les tarifs ne sont pas aussi volatiles, et on voit très clairement le prix des appartements se maintenir et celui des maisons augmenter faiblement de 1%.

Les évolutions sont très similaires en ce qui concerne le neuf, avec une augmentation de 0.7%. Néanmoins, cette légère croissance est très inégalement répartie sur le territoire Nantais. Certains quartiers proches du centre ville (Ile de Nantes, Nantes-Erdre) ou plus éloignés (Doulon) voient leurs prix augmenter alors que d’autres quartiers se maintiennent à un niveau stable.

L’ancien affiche un prix moyen de 2580 euros par mètre carré tandis que le neuf est à 3800 euros par mètre carré, confère la page sur le prix immobilier à Nantes chez MeilleursAgents.

Les nouveaux retraités arrivent sur le marché

Beaucoup de jeunes retraités et de nouveaux actifs, provenant de la région parisienne, arrivent sur le marché de l’immobilier nantais, ce qui explique le maintien des prix. Si les conditions sont réunies pour qu’un logement soit attractif (situation, ascenseur, vue), il arrive que ce derniers puisse être vendu en moins d’un mois.

Le développement des services immobiliers gratuits en ligne, comme les sites de petites annonces (telles que leboncoin.fr) ou les plateformes d’estimation de biens participe à l’accélération de ce phénomène. Pour autant, on note une légère tendance à l’augmentation dans les délais de vente pour beaucoup de quartiers, ce qui provoque la baisse de prix des biens immobiliers.

Nantes voit sa croissance ralentir

La ville est toujours aussi attrayante. Proche de la mer, elle offre des conditions de vie agréables et un dynamisme économique qui lui procure un faible taux de chômage, en dessous de la moyenne nationale. La ville croît en termes démographique, sur le plan global, avec une augmentation de 0.8% en moyenne par an, sur la période allant de 2007 à 2012.

Cependant, si on ne prend en compte que la zone Nantes intra-muros, on remarque un ralentissement de la croissance, qui affiche une valeur de 0.6% entre 1999 et aujourd’hui alors qu’elle était à 1.2% entre 90 et 99. Cela illustre parfaitement le problème de la métropole Nantaise : la difficulté pour les ménages aux revenus moyens de se procurer un logement.

Un apport difficile à constituer pour les ménages modestes

Les banques réclament des apports entre 15 et 20% que beaucoup de ménages peinent à fournir. Pour devenir propriétaires, les acheteurs se tournent vers des localisations plus distantes, et choisissent de plus en plus de faire construire. La vétusté énergétique de certains appartements datant des années 60-70 éloigne encore plus les Nantais du centre. Sur ce type de logement, on voit donc les prix chuter de 20 à 30%.

Investir dans le neuf ?

Les jeunes ménages ciblent les bâtiments basse consommation, qui permettent de bénéficier d’une TVA à taux réduit. La plupart du temps, s’ils ne peuvent avoir accès à ce type de logement, ils préfèrent rester locataires. Cela pousse naturellement les investisseurs à se manifester. Ils représentent d’ailleurs 65% des ventes de neuf.

Le défi majeur pour l’agglomération nantaise sur les années à venir sera donc d’offrir des logements plus en phase avec la demande, pour inciter d’avantage les particuliers à investir.

En savoir plus sur Nantes et sa région

Envie de partager cet article ? Cliquez sur les boutons ci-dessous !