Rejoignez-nous sur :
actualité immo Facebook d'Actual Immo . fr Blog Défiscalisation Pinterest d'Actual Immo . fr

Prix de l’immobilier ancien : poursuite de la progression en France

Publié le
maison billets banque 1005491_1280

Chaque trimestre révèle une nouvelle augmentation des prix de l’immobilier ancien en France. La fin de l’année 2018 a même marqué un pas, avec une hausse de 3,2 % par rapport au dernier trimestre 2017, contre 2,9 % sur le trimestre précédent. Pourtant, les notaires du Grand Paris (@NotairesParIDF) vantent “une année historiquement élevée en termes d’activité”.

Une hausse accélérée des prix de l’immobilier en fin d’année

L’indice Notaires-Insee des prix des logements anciens est revu à la hausse au 4ème trimestre 2018. Si au 3ème trimestre, la hausse paraissait stable par rapport à 2017, elle s’est cependant accélérée au dernier trimestre, passant de + 2,9 % à + 3,2 %.

Les prix des appartements anciens augmentent plus vite que ceux des maisons, respectivement à + 3,4 % et + 3,1 %.

Un marché parisien en tension

En Île de France, la hausse des prix est plus importante encore, à + 4,2 % sur un an. Là encore, les prix des maisons anciennes augmentent moins que ceux des appartements, respectivement à + 3,5 % et + 4,5 %. C’est la ville de Paris qui détient le pompon de la hausse des prix, avec une hausse mesurée au 4ème trimestre 2018 de 5,7 % sur un an. Le prix du mètre carré francilien devrait franchir la barre des 6 000 euros au printemps 2019 (5 970 euros le mètre carré au 4ème trimestre 2018). A Paris, c’est près de 9 700 euros qu’il faudra compter bientôt (9 570 euros au 4ème trimestre 2018).

L’augmentation des prix est plus modérée en province, à + 2,8 % par rapport au 4ème trimestre 2017. A l’inverse de la région parisienne, la province connait une hausse moins importante sur les appartements que sur les maisons (respectivement de + 2,4 % et + 3 %).

Une demande qui ne mollit pas

Malgré une augmentation constante des prix, les ventes continuent sur le même rythme. Selon la note publiée par l’INSEE, 970 000 ventes ont été réalisées entre décembre 2017 et décembre 2018. Le volume des transactions immobilières demeure donc élevé, et même très légèrement supérieur à l’année précédente (+ 0,2 %). La région parisienne fait cependant exception. En 2018, les ventes dans l’ancien ont diminué de 2 %.

Parallèlement, le marché de l’immobilier neuf s’est ralenti au 4ème trimestre 2018. Les ventes ont diminué de plus de 10 % en 2018 (150 783 contre 156 749 en 2016), particulièrement chez les organismes HLM et les investisseurs particuliers. Cette baisse sensible s’explique par une offre trop limitée, inférieure à 100 000 logements en 2018.