Rejoignez-nous sur :
Google+ d'Actual Immo . fr actualité immo Facebook d'Actual Immo . fr Blog Actual Immo Pinterest d'Actual Immo . fr

Vendre en viager à 106 ans c’est possible !

Oct 20 2018
viager libre occupe cour maison

Criblée de dettes, Lucette Destouches, ancienne danseuse et veuve du célèbre écrivain du XXe siècle Louis Ferdinand Céline qui écrivit des oeuvres comme le très célèbre Voyage au Bout de la nuit publié en 1932 et aussi vu comme l’un des plus grands novateurs de la littérature Française du XXe siècle, pourra rester vivre dans la maison qu’elle habite depuis 1951.

C’est en vendant en vente à terme avec droit d’usage et d’habitation (une forme de vente en viager), sa célèbre propriété de Meudon en banlieue parisienne, que Mme Destouches pourra rembourser ses dettes et rester vivre chez elle. Accumulant des impayés à l’Urssaf, elle ne percevait plus sa pension de veuve.

Après la mort de son mari, la veuve Céline a continué à vivre dans cette demeure devenue un poids lourd financier. Voulant éviter que cette imposante bâtisse devienne un musée à l’effigie de son mari dont les souvenirs restants se font rare, pour la plupart détruits dans deux incendies, la bâtisse sera vendue à son voisin qui souhaite avant tout préserver la tranquillité du quartier.

La vente à terme occupée a permis à Lucette Destouches de vendre son bien tout en continuant de vivre chez elle, contre un capital perçu lors de la signature de l’acte de vente et des mensualités durant toute la durée du terme (par exemple pendant 5ans). Ainsi Mme Lucette Destouches pourra payer les trois personnes engagées à plein temps pour l’assister et finir ses jours dans sa jolie demeure appelée “Second Empire” qu’elle occupe depuis 67 ans.

Comment fonctionne une vente en viager ?

Il existe deux principaux types de viager : le viager libre et le viager occupé. Ces deux types de ventes ont pour principe la cession d’un bien immobilier contre un bouquet et une rente viagère.

Le viager occupé

Vendre en viager occupé procure des avantages financiers, en contrepartie de la vente, le vendeur touche deux sortes de revenus. D’une part, un montant en capital est versé, on parle de bouquet, et d’autre part, le vendeur appelé aussi crédirentier perçoit tous les mois une rente viagère.

Ce type de vente permet de continuer à vivre chez soi tout en augmentant ses revenus. Cette vente exonère le vendeur de la taxe foncière ainsi que des gros travaux de copropriété.

Le viager libre

Le viager libre est la forme de viager la plus plébiscitée par les acheteurs, elle permet d’acquérir à un prix avantageux un bien que l’on peut habiter ou mettre en location directement à la conclusion de la vente.

Les vendeurs se tournent généralement vers un viager libre lorsqu’il s’agit d’une résidence secondaire ou qu’ils souhaitent quitter leur logement, ainsi ils peuvent percevoir un revenu régulier supplémentaire.

Viager : des conseils pour un bon plan

De prime abord, le principe d’un achat en viager consiste à faire l’acquisition d’un patrimoine immobilier dans la plupart des cas auprès d’une personne âgée avec l’avantage d’un prix plus bas que celui du marché. Cette modalité est avantageuse puisque l’acquéreur peut échelonner le paiement du bien dans le temps. En effet, il ne paie qu’une partie de la valeur du bien dans un premier temps en versant le bouquet au comptant et en versant une rente à vie à l’occupant. Cette rente viagère varie en fonction de l’âge et du sexe de l’occupant. Plus le montant du bouquet est important, plus la rente viagère sera faible.

Qu’est-ce qu’une rente viagère ?

La rente viagère est une somme d’argent qui est versée de manière périodique au vendeur et garantie jusqu’au décès de ce dernier. Dans le cadre d’une vente en viager, une part du prix du bien immobilier est versée par l’acheteur au moment de la signature du contrat. Cette part est appelée “le bouquet” et l’autre part restante à payer est convertie en rente viagère.

Comment la rente viagère est-t-elle taxée ?

Le mode de taxation de la rente viagère dépend du support duquel elle est issue.

La rente provenant d’un contrat de rente viagère est soumise à l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux, mais uniquement sur une fraction de son montant. Cette fraction imposable est définie par l’âge du bénéficiaire de la rente, c’est-à-dire le rentier, et ce, à la date du premier versement. Ainsi, si le rentier a entre 60 et 69 ans, 40% du montant de la rente est taxée et s’il a 70 ans et plus, 30% de la rente perçue est imposée.

Pour en savoir plus sur la vente en viager

Envie de partager cet article ? Cliquez sur les boutons ci-dessous !