Rejoignez-nous sur :
actualité immo Facebook d'Actual Immo . fr Blog Défiscalisation Pinterest d'Actual Immo . fr

Marché immobilier : vers une baisse pour 2019-2020

Publié le
construction maison prix 1664302_1280

Qu’il s’agisse du neuf ou de l’ancien, le marché immobilier va probablement connaître un ralentissement de la hausse des prix en 2019-2020, qui devrait aussi s’accompagner d’une baisse du nombre de ventes. C’est ce qui ressort de la publication, le 7 mars 2019, d’une étude prospective par le groupe Xerfi, sans que ce soit un séisme annoncé ni une prémonition d’effondrement.

Une chute du volume des ventes

Xerfi annonce, sur cette année, un recul des ventes de 4,9 %. Le nombre de transactions immobilières ne devrait pas descendre sous la barre des 900 000. Parallèlement, la hausse des prix de l’immobilier devrait connaître un ralentissement en 2019 et 2020, l’étude publiée par Xerfi prévoyant une hausse moyenne de 1,8 et 0,8 %, alors qu’elle était de 3 % en 2018. La hausse sera toujours plus forte dans les villes déjà très prisées, Paris, littoral et grandes métropoles, que dans le reste de la France, creusant ainsi l’écart déjà important entre les grandes métropoles et les zones rurales.

A lire aussi : “Immobilier : des disparités importantes entre les grandes métropoles et les zones rurales“.

Du côté des ventes de maisons, les prix ont déjà commencé à baisser dans les zones rurales et continueront leur régression, renforçant le sentiment de dégradation de ces secteurs, souligné par le mouvement des gilets jaunes. Seul un effort des collectivités pour maintenir leurs commerces et services publics pourra inverser la tendance.

Une dégradation de l’immobilier neuf

La situation du secteur de l’immobilier neuf, qui a déjà vu son activité diminuer en 2018, poursuivra sa dégradation sur l’année 2019, avec un recul prévu de 1,6 %. Il devrait cependant reprendre en 2020, avec une prévision de croissance de 2,6 %. La loi ELAN n’aura sans doute pas produit tous ses effets en 2020, mais les promoteurs devraient faire un effort commercial sans précédent et les ventes en bloc pourraient être reboostées.

Le marché du crédit immobilier pourra toutefois avoir un impact négatif sur le volume des transactions. Bien que les taux de crédit soient très bas, les conditions d’attribution des prêts semblent devoir se durcir. L’étude souligne en effet que les possibilités de consolidation des prêts liées aux taux et aux durées sont à leur maximum et que la seule piste des banques reste de modifier leur politique d’attribution des crédits.